Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
site du Docteur                       Jean Pierre LANTUEJOUL

site du Docteur Jean Pierre LANTUEJOUL

chirurgie orthopedique hanche genou ligament croisé menisque grenoble chirurgien docteur jean pierre lantuejoul total hip arthroplasty prosthesis total knee prosthesis MIS ambulatoire

La vie avec une prothèse de hanche

 

 

                                            Schéma de la hanche


Les prothèses totales de hanche ont pour but de remplacer l'articulation coxo-fémorale détruite. Dans ces conditions , on remplace les 2 surfaces articulaires dont le cartilage est usé (arthrose ) : le cotyle ( bassin ) et la tête fémorale (fémur )

Le cotyle prothétique s’implante dans le bassin à l'endroit du cotyle naturel. Il est composé d'une cupule hémisphérique qui constitue la surface de glissement de l'articulation prothétique. Dans la plupart des modèles cette surface de glissement est sertie dans une cupule métallique assurant le contact avec l'os du bassin.


  
                                        
illus2.jpg

 

La pièce fémorale est composée d'une tête fémorale sphérique enchâssée sur la tige fémorale. Le diamètre de la tête prothétique est identique au diamètre interne de la cupule cotyloïdienne. Il assure la congruence et la stabilité de l'articulation artificielle et autorise des mouvements d'une amplitude très semblable à celle de la hanche normale. La tige d'implantation fémorale sert à ancrer la prothèse dans le fût fémoral osseux.


       PTH-anatomie-hanche.jpg               illus3.jpg                                                                      
                      DSC00064_1_2-copie-1.jpg            200206052148451_1.jpg





EN QUELLE MATIERE EST FAITE MA PROTHESE  ?


La prothèse de hanche est communément faite en titane ou en acier inoxydable. Même si le titane apparait comme un matériau plus " noble " les résultats sont cependant les même qu'avec l'acier ...

Le point important est dans le couple de friction  : c'est a dire entre la tête prothétique et le cotyle. Habituellement , le frottement se fait entre une tête en métal et un cotyle en polyéthylène. Dans certaines circonstances ( patient jeune , support osseux solide  ... ) on peut utiliser des couples " dur- dur" , céramiques contre céramique, ou métal contre métal : il n'y a alors pas d'usure , et l'espoir est de garder sa prothèse définitivement. On ne peut cependant pas toujours mettre en place ce type de prothèse qui parait idyllique..

Un nouveau matériau vient d'apparaitre : le polyéthylène E1 qui sera commercialisé a partir d'avril 2010 et dont le taux d'usure a été réduit de  .... 99% !!  autant dire qu'il n'ay aura bientôt plus d'usure sur les prothèses même s'il convient d'être prudent , et que dans la survie des prothèses dans le temps il n'y a pas que l'usure qui compte.


 

POUR RESUMER :

Le couple de frottement est assuré le plus souvent par une tête en alliage chrome-cobalt sur un cotyle en polyéthylène.Le polyéthylène s'use lors du frottement répété de la tête et libère des microparticules . Celles ci sont à l'origine d'une destruction osseuse conduisant au descellement des implants.( parce qu'elles entrainent l'arrivée de cellules qui essaient de les avaler pour les enlever, et que, n'y arrivant pas ces cellules meurent sur place, libérnt des enzymes qui vont détruire l'os autour de la prothèse ...)

 

 

Les couples de frottement qui ont été proposés pour réduire cette usure sont:

      - Le couple céramique / polyéthylène: le degré d'usure est amélioré par rapport au couple précédent mais on a décrit des ruptures de tête même sans choc

      - Le couple céramique / céramique c'est certainement le plus parfait sur le plan de l'usure et des conditions physiques de frottement. Il a cependant l'inconvénient de ne pas encaisser les chocs et de pouvoir se briser même sans choc.

    - Le couple métal/ métal: il ne produit pas plus de débris que le couple céramique mais le relargage d'ions métalliques dans tout l'organisme doit rendre son utilisation prudente.

Le couple métal/ polyéthylène E1 dont le degré d'usure est amélioré de 99% par rapport au polyéthylène traditionnel .. 

 

A PROPOS DE L'E-POLY    ou E1   ++++

 

E-Poly™ HXLPE est le premier  matériau de support en  polyéthylène hautement  réticulé stabilisé avec de la 

vitamine E et se distingue  parmi les autres polyéthylènes  actuellement disponibles pourl’arthroplastie. 

D’après les essais réalisés, E- Poly™ HXLPE de Biomet est un matériau de seconde génération qui présente une résistance mécanique élevée et une haute stabilité à l’oxydation

 

 

E-Poly™ HXLPE présentent plusieurs avantages clefs dont : 

Des niveaux supérieurs de réticulation pour une meilleure performance contre l’usure 

 

Une résistance plus importante que le polyéthylène hautement réticulé refondu1-3 de première 

génération 

 

Une réelle protection contre l’oxydation sans refonte.

 

 

Le polyéthylène hautement réticulé Poly™ est une technologie vraiment unique 

mise au point par les ingénieurs de Biomet et le département de recherche du 

Massachusetts General Hospital. 

Il est produit au moyen d’une technologie de seconde génération et d’un procédé exclusif en cours 

de brevetage 

Les barres de polyéthylène compressées isostatiquement, telles qu’elle sont utilisées dans le 

polyéthylène cliniquement prouvé ArCom®, sont traitées en dessous de la température de fusion 

pour maintenir la force du polyéthylène réticulé 

Il est infusé avec de la vitamine E pour stabiliser les radicaux libres et empêcher sa dégradation 

par oxydation 

 

Les tests ont montré que le polyéthylène hautement réticulé E-Poly™ offre : +++++

 

Des taux d’usure extrêmement faibles avec les têtes de grande taille : Une réduction de l’usure de 

95 % si l’on compare les inserts 40mm en E-Poly™ aux inserts en ArCom® de 36 mm et une 

réduction de 99% avec des têtes fémorales plus petites comparées au polyéthylène ArComXL® 

dont le niveau d’usure est déjà faible

 

Résistance à la fatigue supérieure au polyéthylène hautement réticulé refondu de première 

génération

 

Plus résistant que les matériaux à réticulation et annelage séquentiels après un essai de 

fissuration sous contrainte (ESC)

 

Une réelle protection contre l’oxydation sans refonte : aucun signe d’oxydation mesurable.

 

==> lien avec la société BIOMET qui commercialise le polyéthylène E1

        

         http://www.biomet.fr/francais-med-home/technologies-med-fr/fr-E-Poly   link

 

 



La prothèse peut sonner à l'aéroport  : aucun certificat ne sera pris en compte par les douaniers : quelle est la valeur d'un certificat qui peut facilement être falsifié ?


La fixation des composants sur le squelette peut être assurée de deux manières:

- soit à l'aide d'un «ciment chirurgical», la prothèse est alors immédiatement fixée a l'os
- soit par repousse osseuse secondaire.  Dans ce cas, la prothèse est poreuse , et l'os repousse dans la porosité même de la tige fémorale ou du cotyle, assurant ainsi son scellement. Il faut 3 semaines pour que la repousse osseuse se fasse solidement avec l'implant. C'est la raison pour laquelle la rééducation doit démarrer a la fin du premier mois.

Une prothèse doit IMPERATIVEMENT être stable et scellée dans l'os à la fin du premier mois pour ne pas créer de douleurs... 
Le choix du scellement de l'implant dépends des habitudes du chirurgien  : il n'y a pas de "meilleure " méthode ! la meilleure méthode est celle que votre chirurgien a l'habitude de pratiquer ..

A ce titre, une prothèse ancienne qui est douloureuse est en  général descellée  : les particules d'usure de la prothèse ( particules de polyéthylène ) migrent autour des implants, et créent une réaction inflammatoire autour du cotyle et de la tige fémorale. Il en résulte une résorption de l'os , puis des micros mouvements de la prothèse , et enfin des douleurs : il s'agit d'un descellement de la prothèse. La durée de vie des implants est variable : elle dépend du type de prothèse , de la qualité osseuse .. une prothèse traditionnelle reste en place en moyenne 15 ans.








Quand doit on se  faire opérer d'une prothèse: faut-il attendre ?



Depuis l'essor des prothèses, dans les années 60, il est de coutûme que le chirurgien propose cette intervention "en dernier recours". Historiquement, l'on pouvait dire à son patient: "Revenez quand vous ne pourrez plus marcher ..." Désormais il est possible de mettre en place des prothèses pour patient jeunes : prothèses dont l'articulation est inusable a l'échelle d'une vie humaine = prothèses a couple céramique-céramique, a couple métal-métal , ou les nouveaux polyéthylènes qui voient leur usure diminuer de 99 % !!

Néanmoins, même s'il ne faut pas se précipiter, des études récentes mettent en avant qu'un patient qui a beaucoup attendu et beaucoup souffert, aura une récupération plus longue que la moyenne.

Il s'agit donc de trouver, avec votre chirurgien, le moment idéal,
qui n'est basé que sur la gêne ( douleur , raideur , diminution du périmètre de marche ..) et non pas sur la radiographie : "on n'opère pas une radiographie " !!! 







Où va se trouver la cicatrice ? 

 

La cicatrice se trouve dans la fesse . J'utilise une voie postérieure , c'est a dire que l'incision se situe en arrière par rapport au fémur. Depuis l'année 1996, année d'installation a la clinique Belledonne, je pratique la mini arthrotomie que j'ai dévellopée , avec une incision de 6 cm environ..

 






Quel type d'anesthésie utilise-t-on ?

Radiographie de la hanche

Le type d'anesthésie est choisi par l'anesthésiste en fonction  des habitudes de l'équipe chirurgien-anesthésiste, et des préférences du patient.

Habituellement la prothèse de hanche est posée sous anesthésie générale, mais l'intervention peut aussi être faite sous anesthésie péridurale qui n'insensibilisera que la partie inférieure du corps.

Une transfusion n'est nécessaire dans notre expérience que dans un petit nombre de cas : la réalisation d'une mini incision de 6 cm limite les risques hémorragiques

Pour éviter de transfuser du sang d'une autre personne, on peut recourir à une auto-transfusion avec du sang prélevé sur la personne qui va etre opérée dans les semaines précédant l'intervention, ou à un recueil pendant l'opération des pertes sanguines que l'on retraite et retransfuse dans les heures ou jours qui suivent.Parfois nous pouvons avoir recour a la réalisation d'une injection d'EPO qui stimule la fabrication de globules rouges 1 mois avant l'intervention chirurgicale. Le protocole est décidé par les anesthésistes.





Combien de temps dure l'intervention ?

L'intervention elle-meme dure environ 30 minutes ceci dépendant de beaucoup de paramètres.

En fin d'intervention, le chirurgien met en place 1 drain appelé "redons" qui restera en place 2 à 3 jours et qui permettra de prévenir l'apparition d' un éventuel hématome.

Le patient sera dirigé vers la salle de réveil pour y être surveillé pendant sa phase de réveil. Quand il sera stabilisé et bien réveillé, il regagnera sa chambre, au bout de 2 heures en général.

Le réveil pouvant être douloureux, des antalgiques sont prescrits. Les médecins de la clinique Belledonne ont défini un protocole d'analgésie post opératoire adapté a l'importance de la douleur : il est FONDAMENTAL de casser la douleur avant même qu'elle ne s'installe plutôt que de lui courir après ..
On laisse la perfusion en place 24 à 48 heures pour passer différentes molécules dont les antibiotiques, les antalgiques, ainsi que le sang qui a été prélevé avant ou pendant l'intervention.






Au bout de combien de temps peut-on se lever ?

Le jour même de l'intervention, le sujet sera mis au fauteuil quelques heures et fera quelques pas. L'appui est autorisé à l'aide d'un déambulateur puis rapidement de deux cannes béquilles. Le kinésithérapeute sera là pour aider le patient dès le lendemain de l'intervention

Le lendemain , le patient se lève seul , aidé du kinésithérapeute. Puis il essaie les escaliers 

les redons qui servent à drainer la plaie opératoire ne sont en principe plus utilisés ou ponctuellement , et laissés dans ce cas 1-2 jours, ce qui va considérablement faciliter les déplacements, le kinésithérapeute incitant le sujet à se déplacer seul.

Les béquilles sont nécessaires en moyenne 2 à 3 semaines.








Combien de temps dure l'hospitalisation ?

Habituellement, l'hospitalisation débute la veille de l'intervention et dure de 1 a 3 jours environ. Les fils ou agrafes sont enlevés 14 jours après l'intervention.









Doit-on aller en centre de rééducation ?

Ceci  n'est pas indispensable, sauf si l'environnement personnel du patient est "difficile". Dans ce cas une maison de repos est privilégiée : il est quasiment impossible d'obtenir une place en centre de rééducation qui , dans le cadre de la mise en place d'une prothèse de hanche , n'apporte rien.

 

Désormais la sécurité sociale est seule habilitée a décider de la nécessité d'une hospitalisation en centre  : un dossier est remplit le plus rapidement possible avant l'intervention (  le mieux est de nous prévenir 1 mois avant ) et transmis a la sécurité sociale via le logiciel "trajectoire" de la sécu. Pour cette raison il est IMPOSSIBLE de vous assurer une hospitalisation en centre . En l'absence de place nous mettrons tout en oeuvre pour faciliter un retour a domicile dans les meilleures conditions ( kiné infirmères , aides a domicile  ..)

 

Depuis 2015 tout a été fait par la tutelle pour bloquer les places en suite d'intervention , et favoriser un retour a domicile : pour cette raison il faut vous attendre a un refus de placement et organiser le retour a votre domicile avant même votre hospitalisation pour ne pas être pris au dépourvu...


Pour vous aider dans vos démarches , une infirmière est a votre disposition a la clinique Belledonne avant et après l'intervention ++++





Un traitement anti-coagulant est-il prescrit ?

Généralement, un traitement anticoagulant est prescrit pendant le mois suivant l'intervention.
( durée totale "légale" de 42 jours )

La prévention est pour nous essentielle :

elle s'articule autour de 3 axes


-    mise en place de bandes biflex pendant votre hospitalisation
-    mise en route d'une anticoagulation préventive de 3 semaines comme le suggère le consensus National
-    surveillance en cours d'hospitalisation avec la consultation" systématique" d'un angiologue







Au bout de combien de temps peut-on reprendre une vie normale ?

Après un mois et demi, la marche est en général possible sans difficultés et l'on peut reprendre la conduite automobile au bout de  3 semaines
Bien entendu, ce délai est variable en fonction entre autre du type de profession. La reprise des activités sportives est en général envisagée au 3e mois. Ce genre de considération est à prendre au cas par cas après discussion avec votre équipe soignante.

Il faut surveiller votre poids, une surcharge pondérale étant néfaste pour la longévité de la prothèse.






 

Quels sports peut on reprendre  ?

E
n pratique j'autorise la reprise de TOUS les sports. La course a pied est un sport contraignant sur la prothèse. Les forces imposées sont importantes. Je ne conseille pas cette pratique sportive et notamment en cas de prothèse en céramique..

 




La vie avec une prothèse de hanche

Prévention de la luxation

TOUS les mouvements sont autorisés a moins que je ne vous donne une information contraire , pour des raisons particulières

Prévention de l'infection

Avertir vos médecins (traitant, dentiste, gynécologue, urologue, autres) que vous avez une prothèse totale de hanche. Lors de chaque intervention ou au moindre soupçon de foyer infectieux votre médecin devra vous donner des antibiotiques pour ne pas risquer une contamination microbienne de la prothèse par voie sanguine. Cette complication est rare, mais peut survenir même très longtemps après la mise en place de la prothèse.

La prévention des infections nosocomiale est un axe de travail ESSENTIEL pour la clinique Belledonne avec un CLIN ( comité de lutte contre les infections nosocomiales ) dans la clinique et des mesures préventives :
   - douche à la maison

   - douche à la clinique
   - mise à disposition pour les patientsde produit hydroalcoolique dans les chambres et les couloirs pour éviter la circulation des germes

   - préparation a la bétadine à l'étage et au bloc avant d'inciser
   - antibioprophylaxie pré opératoire



Contrôle postopératoire

Vous serez contrôlé par votre chirurgien 3 mois après l'intervention. et a la demande ensuite si vous rencontrez un problème

Combien de temps dure la prothèse ?

La durée de vie moyenne d'une prothèse est au delà de 15 ou 20 ans. De plus, les prothèses actuelles ont très probablement des résultats plus satisfaisants dans le temps que les prothèses datant de 20 ans. Les prothèses évoquées plus haut ( céramique .. ) peuvent être mises en place de façon définitive ..

 


VIDEOS sur la PTH

 




 




 



 

 
 
 
 
 
INFORMATIONS SUR LES PROTHESES DE GENOU
 
 

Les progrès en chirurgie orthopédique sont constants et concernent entre autres les prothèses de hanche, les prothèses de genou, la chirurgie conservatrice (ostéotomies), la chirurgie ménisco-ligamentaire sous arthroscopie (reconstruction du ligament croisé antérieur, méniscectomie, suture méniscale…). Pour toutes ces interventions, des technologies de pointe telles que la chirurgie mini-invasive ou la chirurgie assistée par ordinateur sont aujourd'hui utilisables au quotidien.

 

radiographie genou preop face

Le but d'une arthroplastie de genou est de rendre un genou « indolore, stable et mobile » afin de reprendre ses activités personnelles, professionnelles et parfois sportives. Le but premier d'une prothèse est en effet de soulager la douleur, c'est la raison habituelle de la décision de l'opération. Dans 60% des cas on obtient une disparition complète des douleurs, dans 30% elles existent, mais de façon épisodique, souvent aux changements de temps, modérées, ne nécessitant aucun traitement antalgique. Enfin dans 10% des cas les douleurs sont un peu plus importantes, pouvant justifier de temps en temps un traitement médical, mais sans qu'il n'existe d'anomalies au niveau de la prothèse.



radiographie genou preop face radiographie genou preop profil

Si la prothèse du genou soulage, elle permet aussi de récupérer une bonne mobilité du genou : les différents travaux montrent une récupération d'une flexion moyenne au delà de 120°, ce chiffre étant un peu supérieur pour les prothèses unicompartimentales.


Soulagement des douleurs et récupération d'une bonne mobilité permettent la reprise d'une marche normale, sans cannes, et sans limitation de la distance parcourue, avec la possibilité de montée ou descente des escaliers.

Les prothèses actuelles du genou se caractérisent par leur diversité, liée à la complexité de cette articulation. Les prothèses unicompartimentales (« demi-prothèses »), remplacent le cartilage du compartiment lésé, sans toucher aux ligaments et ni aux autres compartiments qui doivent donc être sains. Elles s'adressent à des arthroses limitées à un seul compartiment, ou à certaines nécroses osseuses. Les résultats de cette intervention sont à l'heure actuelle aussi satisfaisant que ceux d'une prothèse « totale » avec la satisfaction de conserver le stock osseux en cas de changement nécessaire dans le futur.

200206280958922_1.jpg   200206250830198_1.jpg 



                                     200210021944818.jpg       


Les prothèse dites « totales » ou « tricompartimentales » se divisent en deux groupes. Les prothèses totales à glissement, et en particulier les prothèses à plateau mobile, remplacent la totalité du cartilage, tout en respectant la physiologie du genou et ses ligaments. Elles sont indiquées dans les arthroses plus étendues, ainsi que dans les arthrites rhumatismales.

Les prothèses qu'elles soient uni compartiementaires ou totales sont faites en ACIER inoxydable, pas en titane comme on l'entend souvent. Ce dernier matériau est utilisé pour les prothèses de hanche seulement. Une prothèse peut sonner sous un portique à l'aéroport : inutile d'avoir un quelconque certificat qui n'a AUCUNE valeur juridique : il faudra montrer votre genou au douanier...

200210021943955.jpg  DSC00013_6.jpg

      img6.jpg

Quand aux prothèses charnières, plus volumineuses, elles remplacent complètement l'articulation du genou. Elles sont en général réservées aux déformations très importantes, aux destructions ligamentaires, ainsi que pour certaines reprises de prothèses.

                                      DSC00006_15.jpg




Se faire opérer d'une prothèse: faut-il attendre ?

Depuis l'essor des prothèses, dans les années 60, il est de coutûme que le chirurgien propose cette intervention "en dernier recours". Historiquement, l'on pouvait dire à son patient: "Revenez quand vous ne pourrez plus marcher ..."

Néanmoins, même s'il ne faut pas se précipiter, des études récentes mettent en avant qu'un patient qui a beaucoup attendu et beaucoup souffert, aura une récupération plus longue que la moyenne. Il s'agit donc de trouver, avec votre chirurgien, le moment idéal, qui n'est basé que sur les symptômes et non pas sur la radiogrApahie. Si les amplitudes de mouvements diminue, l'amyotrophie (baisse de force musculaire) apparait et que des attitudes vicieuses, boiterie ... progressent au point d'influer sur les autres articulations, alors il faut probablement y penser ...




Quel type d'anesthésie utilise-t-on ?

Le type d'anesthésie est choisi par l'anesthésiste en fonction de ce bilan et des habitudes de l'équipe chirurgien-anesthésiste.

Habituellement la prothèse de genou est posée sous anesthésie générale, mais l'intervention peut aussi être faite sous anesthésie péridurale qui n'insensibilisera que la partie inférieure du corps.





Combien de temps dure l'intervention ?

 
L'intervention elle-meme dure entre 35 et 45 minutes, ceci dépendant de beaucoup de paramètres.

En fin d'intervention, le chirurgien met en place 1 drain appelé "redon" qui restera en place 2 à 4 jours et qui permettra de prévenir l'apparition d' un éventuel hématome.

Le patient sera dirigé vers la salle de réveil pour y être surveillé pendant sa phase de réveil. Quand il sera stabilisé et bien réveillé, il regagnera sa chambre, au bout de 2 heures en général.


Le réveil pouvant être douloureux, des antalgiques sont prescrits. Ils seront adaptés selon le protocole anti douleur a la perception même de la douleur par le patient . Un cathéter crural sera mis en place au bloc par l'anesthésiste pour "endormir" une partie de la jambe. Cela permets pendant 48 h de diminuer de façon très importante la douleur.

On laisse la perfusion en place 24 à 48 heures pour passer différentes molécules dont les antibiotiques, les antalgiques, ainsi que le sang qui a été prélevé avant ou pendant l'intervention.






Au bout de combien de temps peut-on se lever ?

 

Le jour même de l'intervention, le patient sera levé , et mis au fauteuil quelques heures . L'appui est autorisé à l'aide d'un déambulateur puis rapidement de deux cannes anglaises. Le kinésithérapeute sera là pour aider le patient.

les redons qui servent à drainer la plaie opératoire ne sont en principe plus utilisés ou ponctuellement , et laissés dans ce cas 1-2 jours, ce qui va considérablement faciliter les déplacements, le kinésithérapeute incitant le sujet à se déplacer seul.

Les béquilles sont nécessaires en moyenne 2 à 4 semaines, l'utilisation d'une canne étant conseillée par la suite jusqu'à un mois et demi après l'intervention.

Le port d'une attelle de genou n'est pas nécessaire. La flexion du genou est même encouragée, débutée de manière précoce à l'aide du kinésithérapeute.






Combien de temps dure l'hospitalisation ?

radiographie prothèse de genou Habituellement, l'hospitalisation débute la veille de l'intervention et dure entre 1 et 4 jours. Les fils ou agrafes sont enlevés 14 jours après l'intervention a la maison.







 Doit-on aller en centre de rééducation ?

Ceci est très variable et n'est pas indispensable, sauf si l'environnement personnel du patient est "difficile". Ainsi, un habitat difficile (escaliers…) ou l'isolement peuvent rendre préférable un séjour dans un centre. La durée sera alors déterminée en accord avec le médecin rééducateur dès que l'autonomie nécessaire sera recouvrée. La durée est donc variable pour chacun, en fonction de ses aptitudes ainsi que de son habitat.


En cas de centre : désormais la sécurité sociale est seule habilitée a décider de la nécessité d'une hospitalisation en centre  : un dossier est remplit le plus rapidement possible avant l'intervention (  le mieux est de nous prévenir 1 mois avant ) et transmis a la sécurité sociale via le logiciel "trajectoire" de la sécu. Pour cette raison il est IMPOSSIBLE de vous assurer une hospitalisation en centre . En l'absence de place nous mettrons tout en oeuvre pour faciliter un retour a domicile dans les meilleures conditions ( kiné infirmères , aides a domicile  ..)


Depuis 2015 tout a été fait par la tutelle pour bloquer les places en suite d'intervention , et favoriser un retour a domicile : pour cette raison il faut vous attendre a un refus de placement et organiser le retour a votre domicile avant même votre hospitalisation pour ne pas être pris au dépourvu...

 

Pour vous aider dans vos démarches , une infirmière est a votre disposition a la clinique Belledonne avant et après l'intervention ++++



 Un traitement anti-coagulant est-il prescrit ?

Un traitement anticoagulant est prescrit pendant 2 semaines suivant l'intervention, soit  3 semaines en tout

 La prévention est pour nous essentielle : elle s'articule autour de 3 axes
 -    mise en place de bandes biflex pendant votre hospitalisation
 -    mise en route d'une anticoagulation préventive de 3 semaines comme le suggère le consensus National
 -    surveillance en cours d'hospitalisation avec la consultation" systématique" d'un angiologue







 Au bout de combien de temps peut-on reprendre une vie normale ?

Après un mois et demi, la marche est possible sans difficulté, et l'on peut conduire une voiture et envisager une reprise professionnelle, en fonction du type de profession. La reprise des activités sportives est en général envisagée à 3 mois. Ce genre de considération est à prendre au cas par cas après discussion avec votre équipe soignante.

Il faut surveiller votre poids, une surcharge pondérale étant néfaste pour la longévité de la prothèse.






 La vie avec une prothèse de genou

Prévention de l'infection

Avertir vos médecins (traitant, dentiste, gynécologue, urologue, autres) que vous avez une prothèse totale de hanche. Lors de chaque intervention ou au moindre soupçon de foyer infectieux votre médecin devra vous donner des antibiotiques pour ne pas risquer une contamination microbienne de la prothèse par voie sanguine. Cette complication est rare, mais peut survenir même très longtemps après la mise en place de la prothèse.

La prévention des infections nosocomiale est un axe de travail ESSENTIEL pour la clinique Belledonne avec un CLIN ( comité de lutte contre les infections nosocomiales ) dans la clinique et des mesures préventives :
   - douche à la maison

   - douche à la clinique
   - mise à disposition pour les patientsde produit hydroalcoolique dans les chambres et les couloirs pour éviter la circulation des germes

   - préparation a la bétadine à l'étage et au bloc avant d'inciser
   - antibioprophylaxie pré opératoire

 

 


Contrôle postopératoire

 

 

Vous serez contrôlé par votre chirurgien 3 mois après l'intervention. .

Combien de temps dure la prothèse ?

La durée de vie moyenne d'une prothèse est au delà de 10 ans, voire 15 ou 20 ans. Les statistiques actuelles sont claires : 97% des patients ont une prothèse en place a 15 ans de l'intervention . Le taux chute ensuite régulièrement

 
 
 
 

Catégories

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog